Anaïs Nin – une de ses vies.

La petite salle Christian Bérard du théâtre de l’Athénée, Louis Jouvet sert d’écrin à la rencontre d’Anaïs Nin, Henry Miller et sa femme June, triangle amoureux défrayant la chronique dans les années 60. Texte érudit et mise en scène précise de Wendy Beckett, acteurs convaincus et convaincants Célia Catalifo, Laurent d’Olce, Mathilde Libbrecht et Laurent Maurel; stylisme de Sylvie Skinazi, à la hauteur font de cette pièce une réussite. Il faut mieux avoir une connaissance minimale pour mieux découvrir cette femme féministe avant l’heure. A voir jusqu’au 30 mars.

Retour à Reims.

Texte d’Eribon, mise en scène de Thomas Ostermeier, lecture avisée mais monotone d’Irène Jacob, cet ensemble reflète l’actualité. Dans un studio d’enregistrement : une lectrice, un documentaire ou les gilets jaunes s’invitent sur scène pendant 2 heures. Que dire, j’ai apprécié la première heure, la deuxième m’a paru trop longue donc ennuyeuse. C’est à l’Espace Pierre Cardin jusqu’au 16 février.

La pirate écologique.

C’est au théâtre de la Contrescarpe que vous pouvez emmener vos enfants (ou petits enfants) de 3 à 10 ans voir ‘la pirate écologique‘, le dimanche à 17 heures. Distrayant et pédagogique, cette pièce interactive plaira aux enfants comme à leurs parents. Elle se joue jusqu’en avril.

Le cercle de Whitechapel.

Ne courez pas voir cette pièce, elle se joue à guichet fermé jusqu’au 10 février au Lucernaire. Cette comédie policière réunit Conan Doyle, George Bernard Shaw, Bram Stocker et Mary Lawson sous l’égide de Sir Hebert Greville pour découvrir qui est Jack l’Eventreur. Vous pouvez suivre le parcours des talentueux acteurs de cette pièce sur http://www.lecercledewhitechapel.fr

Divers

Une semaine où le pire côtoie le meilleur. Chaque soir est différent. le passable : ‘Le parfum d’Yvonne’ à la Contrescarpe, je me suis ennuyée ! le pire : ‘Igor et Moreno’, aux Abbesses, enfumage aux Abysses, à éviter. le bien : ‘Portrait de Ludmilla en Nina Simone‘ à l’Espace Pierre Cardin. Formidable Ludmilla Dabo accompagné par David Lescot; jusqu’au 26/01. le meilleur : ‘Girls and boys’ jusqu’en mars. Vous ne pourrez pas dire que je ne vous aurai pas prévenu, si vous n’allez pas séance tenante réservez des places au Petit Saint-Martin. La pièce de Dennis Kelly, la mise en scène de Mélanie Leray et l’interprétation sensible de la lumineuse Constance Dollé ne vous laissera pas indemne. Un monologue d’une heure trente qui passe trop vite tellement on est happé par cette histoire. La pièce à voir.

Contrescarpe

C’est une présentation pleine d’humour organisée avec tous les comédiens et membres du théâtre de la Contrescarpe du programme 2019. Les autres théâtres devraient s’en inspirer ! Dynamique, divertissant, cela permet de faire une sélection que je vous suggère de suivre. Je vous ferai des propositions au fil du temps. En mars, Pierrette Dupoyet sera Alexandra David-Néel et en avril représentera Victor Hugo. En avril aussi, ne pas rater une création sur Pierre Dac et Francis Blanche.Pour les enfants et leurs parents : le pirate écologique le dimanche à 17 heures; sans oublier l’incontournable ‘Et pendant ce temps Simone veille’ à voir et revoir. Pour consulter leur programmation, je n’ai pas pu tout citer http://www.theatredelacontrecarpe.fr

Skorpios au loin.

La rencontre improbable de Winston Churchill et de Greta Garbo sur le yacht d’Aristote Onassis ayant à son bord Maria Callas. Bien écrit par Isabelle Le Nouvel, une mise en scène élégante de Jean-Louis Benoit sert d’écrin aux remarquables acteurs que sont Niels Arestrup et Ludmila Mikael, sans oublier Baptiste Roussillon. A voir si vous aimez l’Histoire. C’est aux Bouffes Parisiens.