Hors la loi.

Deuxième pièce intelligence du week-end, j’ai la chance d’avoir vu « Hors la loi » au théâtre du Vieux Colombier. Le sujet : le procès de Bobigny, où Gisèle Halimi défendit avec vaillance et brio Marie-Claire Chevalier et sa mère accusées d’avortement.  La loi de 1920 était toujours appliquée dans les années 1970 : l’avortement jugé criminel. La pièce relate les circonstances et les minutes de ce procès qui permit enfin à cette loi inique de changer – puis Simone Veil se batît à son tour.  Tout m’a plu : la mise en scène de Pauline Bureau, les costumes d’Alice Touvet, les actrices toutes formidables vous ne pourrez que revivre avec émotion et considérer le chemin parcouru. Beaucoup reste à faire, les femmes doivent rester vigilantes pour conserver ces acquis. C’est jusqu’au 7 juillet.

Maya, une voix

maya-e1559461268226.jpgO

On la connait, sans la reconnaître : Maya Angelou. Bill Clinton a fait appel a sa voix pour s’exprimer pendant son investiture. Cinq chanteuses/actrices, et quelques accessoires, lui rendent  un bel hommage sous forme d’un spectacle musical en narrant quelques épisodes de sa vie. Allez la découvrir à l’Essaion jusqu’au 27 juillet. C’est passionnant.

Jean de la Lune

Librement inspiré du texte de Tomi Ungerer,  l’histoire de Jean de la Lune veillant sur le sommeil des enfants, d’un savant fou et d’un président du monde, dictateur en voulant toujours plus est mimée par une actrice avec quelques accessoires. C’est à voir au Lucernaire jusqu’au 16 juin par les grands et petits de 4 à 8/10 ans.

Mary Said What She Said.

Subtilement mise en lumière par la magie de Robert Wilson, une silhouette évolue gracieusement sur la scène. Habillée d’une somptueuse robe mordorée, Isabelle Huppert monologue pendant 1 H 45. Une performance très applaudie. On peut regretter que pendant toute le première partie la musique trop forte couvre la voix de l’actrice pourtant équipée d’un micro ! Le texte répété est incompréhensible et toutes ses ‘Mary’ nous perdent comme un puzzle dont on ne retrouve pas la bonne pièce. Je me suis ennuyée et le fait d’être très mal assise n’a pas peu contribué à la longueur de la soirée. A voir jusqu’au 6 juillet.

Les Parias chez Victor Hugo.

Pierrette Dupoyet interprète avec brio des extraits de texte tirés des ‘Misérables’, Claude Gueux’, L’homme qui rit’ et ‘Le discours sur l’abolition de la misère’. Ces textes sont toujours d’actualité. Pour découvrir la conviction et le talent de Victor Hugo et de l’actrice, ne manquez pas les prochaines séances les dimanches 12, 19, ou 26 mai à 15 heures au théâtre de la Contrescarpe. Réservez car la salle n’est pas grande.

Alexandra David-Néel.

Alexandra David Neel


Suivez Alexandra David-Néel = Pierrette Dupoyet sur les chemins de la connaissance et de Lhassa, vous ne serez pas déçus par son énergie et son courage quand a 50 ans elle quitte son mari et son confort. Vous pouvez encore la suivre au Théâtre de la Contrescarpe, les dimanches 21 ou 28 avril à 15 heures. En route !

La double inconstance.

Vous n’avez plus beaucoup de temps pour aller entendre ce classique de Marivaux qui n’a pas pris une ride. Astucieuse mise en scène de Philippe Calvario, agréablement interprétés par des jeunes acteurs vous passerez une excellente soirée au Théâtre 14 (Porte de Vanves),  La double inconstance se joue jusqu’au 20 avril à 19 heures.

Les Sorcières de Salem.

Ô combien d’actualité à l’époque des ‘fake news’, Les Sorcières de Salem, texte d‘Arthur Miller, s’est inspiré d’un fait divers réel qui s’est déroulé à Salem. Mis en scène par Emmanuel Demarcy-Motta, il retrace les mécanismes de ces simulations, mensonges  par vengeance et fanatisme de la justice et l’église. 19 ‘sorcières’ seront pendues ! A voir au théâtre de la Ville – Espace Pierre Cardin jusqu’au 19 avril.