Les 3 vies de l’Hôtel Gaillard.

Construit par l’architecte Jules Février, à la demande du banquier Emile Gaillard, cet hôtel particulier, situé Plaine Monceau, se distingue par sa façade Néo-Renaissance. Les travaux de construction durèrent de 1878 à 1882. Il y habita avec sa famille jusqu’à son décès en 1902. En 1909, la Banque de France acheta l’hôtel et le transforma en sa plus belle succursale.  2006, la banque le ferma définitivement. 2010, le projet CITECO fit le jour. Juin 2019, la Cité de l’Economie ouvre ses portes. C’est le premier musée interactif européen dédié à l’économie. Admirablement restauré, ce lieu est convivial et permet de découvrir toutes les facettes des marchés, des échanges et de découvrir la salle des coffres qui renferment des trésors. Ouvert du mardi au dimanche de 10 à 18 heures, samedi jusqu’à 19 Heures. Je vous recommande vivement d’y amener vos enfants à partir 8 ans. Son adresse : 1 place du Général Catroux.

Rue Saint Antoine.

Il ne suffit pas de parcourir la rue Saint Antoine pour apprécier ses trésors.
Il faut le savoir de notre guide Pierre André Hélène (lacollection1900@maxims-de-paris.com) pour nous les faire découvrir.
Du temple protestant Sainte Marie de la Visitation, à l’Eglise Saint Paul, l’école des Francs Bourgeois, l’Hôtel de Sully et l’Hôtel Henault. Vous voyagez dans le temps et en compagnie de ses hôtes illustres : Beaumarchais, François Mansart, le Prince Eugène de Savoie, Catherine Bélier la femme de chambre borgne d’Anne d’Autriche. A suivre….

Le regard de la Lanterne.

Le rendez-vous était donné à Belleville au métro Place des fêtes. Le thème est obscur ‘Les regards’. Difficile à repérer entre le marché, les travaux et quand on ne sait pas bien sous quelle forme ils se présentent. Le mystère fut levé par la rencontre avec notre guide spécialiste Jean Luc Largier. Avec quelques autres bénévoles, il créa dans les années 1990, une association  ASNEP ou ‘Sources du Nord – Etudes et Préservation’ dont le but est la protection et la sauvegarde des regards. Un regard est une sorte de ‘chambre’ visitable apparaissant souvent à l’extérieur, sous la forme d’un petit bâtiment , où aboutissent et d’où partent des conduits. L’eau y fait relais dans un bassin et s’écoule ensuite dans la direction des fontaines qu’elle doit desservir. Il partagea son savoir encyclopédique pendant 3 heures passionnantes où nous visitâmes quelques regards (ph 2 et 4).  Dois-je tout vous raconter et cela ira à l’encontre des papiers de ce blog que j’essaie de présenter en quelques lignes. Sachez que les Romains avec leurs aqueducs, les Abbayes et leurs puits, Philippe Auguste et sa première fontaine parisienne, captèrent l’eau pour l’offrir aux Parisiens. Sous Haussmann, Eugène Belgrand a créé le réseau moderne des eaux et égouts de Paris toujours en vigueur aujourd’hui. N’hésitez pas à consulter le site sources du Nord de Paris de Philippe Auguste à nos jours. Mille mercis reconnaissants à Jean Luc Largier de son temps et pour cette visite passionnante de regard en regard. Cette dernière assure, grâce à une convention inédite, signée avec la Ville de Paris, l’entretien régulier des regards mais aussi celle du réseau et sa mise en valeur.

Institut de France.

Célèbre mais méconnu, l’Institut de France a été construit par la volonté de Mazarin. Il laissa un legs important pour créer une école ‘l’Ecole des Quatre Nations’ pouvant accueillir 60 enfants venant de familles de comtés différents. A sa mort, Colbert choisit Louis le Vaux pour le construire, sur un vaste terrain, face au Louvre. De 1668, à la Révolution Française, il accueillit plus de  1000 élèves de toute origine. Il devint une réserve pour le grain. Napoléon lui redonna sa splendeur en décrétant que ce serait le siège des Académiciens. Il regroupe, encore, aujourd’hui 5 Académies Savantes : les Beaux-Arts, les Belles Lettres, les Sciences et les Sciences Politiques et Morales. Deux bibliothèques regroupent plus de 2 millions de livres, des manuscrits rares et les 12 carnets de Léonard de Vinci, rapportés par Napoléon. L‘Académie Française, la plus renommée, élabore le dictionnaire de langue française. Il serait trop long de vous en raconter le fonctionnement. Il suffit de regarder son site http://www.institut-de-france.fr où vous y découvrirez toutes ses fondations, recherches, actions, prix et autres bienfaits.

 

La cathédrale orthodoxe.

Catrhédrale orthod

A 2 pas de la Tour Eiffel, construite sur le terrain de l’ancien siège de la Météo, vous ne pouvez pas la manquez ! Quatre bâtiments sur 4000 m2, cinq bulbes recouverts de feuilles d’or et de palladium représentant le Christ et ses quatre apôtres, de la pierre de Bourgogne, l’architecte Jean Michel Wilmotte a respecté les codes pour bâtir cette cathédrale. A l’intérieur, quelques icônes récentes pendent aux murs pas encore peints.
Vous pouvez la voir seulement le samedi après midi vers 16 heures pendant l’office réservé aux ‘étrangers’.

PAD et l’hôtel Meurice

SI vous ne savez pas quoi faire cette fin de semaine, n’hésitez pas à passer quelques moments agréables à admirer les objets d’artisans français admirablement mis en scène au PAD, dans le jardin des Tuileries, je vous recommande particulièrement le stand 68 de la Maison Parisienne pour découvrir les oeuvres de Simone Pheulpin et d’un ébéniste de talent. Traversez la rue de Rivoli pour suivre la Promenade du Collectionneur à l’hôtel Meurice; jusqu’au dimanche 7 avril  de 11 à 18 heures

Promenade dans le Faubourg Poissonnière

Il suffit de pousser quelques portes pour découvrir les hôtels particuliers cachés dans cette rue bruyante. Des façades XVIII ou XIXe, des jardins disparus, des souterrains dissimulés et des usines désaffectées font la richesse de ce Faubourg édifié par Louis XIV. A découvrir sous la houlette érudite de Pierre André Hélène : lacollection1900@maxims-de-paris.com