Illumination.

A découvrir du 16 novembre au 15 janvier au Jardin des Plantes, une promenade nocturne illuminée pour découvrir la biodiversité. Pour le plaisir des petits et de leurs parents au travers de la faune et de la flore. En savoir plus et réserver sur jardindesplantes.fr pour voir les tarifs (chère pour une famille) mais l’occasion de faire plaisir. Vous avez le même parcours au parc de Thoiry. Bonne promenade

Catherine Aznar.

Ne comptez pas sur le hasard pour dénicher les oeuvres de l’artiste plasticienne Catherine Aznar. Il suffit de passer le seuil de Hôtel Paris Faubourg, 15 rue Boissy d’Anglas, à 2 pas de la Concorde pour les découvrir. Encre, impression directe ou plastique en fusion sur  aluminium, les couleurs s’tendent et se dilatent sous l’effet de l’eau, l’air et le temps. Profitez pour déjeuner ou diner sur l’agréable terrasse de l’hôtel. Ces oeuvres seront exposées jusqu’au 9 septembre.

A la recherche des théâtres perdus.

Historienne du spectacle, Dominique Delord nous a conté l’histoire de tous ces théâtres du quartier des Grands Boulevards allant de la République à la Porte Saint Denis, nouvellement construit par Haussmann, sans oublier de chanter certains des refrains de l’époque. Si certains de ces théâtres subsistent tels Antoine, les Variétés, de la Renaissance, la Porte Saint Martin combien furent détruits dont ils ne restent que quelques traces : les Folies Dramatiques, Mayol, El Dorado, La Scala. De 1826 aux années 1960, quelques 450 théâtres ont cohabité. Les auteurs Courteline, Edmond Rostand, les Guitry; les comédiens Frédéric Lemaître, Virginie Déjazet, Marion Delorme, F.Lopez, le mime Marceau, M.Chevalier, Y.Guilbert, Raimu, Damia; les directeurs de théâtre André Antoine, Jules Pacra, Vincent Scotto ont vu l’éclosion de leur talent; et tant d’autres.

Albums de famille, Simone Veil.

Ce sera mercredi 27 juin à 20 H55 sur France 3Denise Yvonne Simone Milou Jean

109 min – Un documentaire d’ Hugues Nancy

Produit par Nilaya Productions, Patricia Boutinard Rouelle avec la participation de France 3

Montage : Yvan Gaillard

Musique originale : Michel Korb 

Conseiller historique : Tal Bruttmann

MERCREDI 27 JUIN À 20H55

Simone Veil, Albums de famille

inédit sur France 3

Simone Veil est devenue une icône française. Symbole de résilience, de courage et de liberté, la jeune Simone Jacob, parviendra à dépasser les traumatismes de la déportation avant d’ouvrir, à force de combats, la voie aux femmes et marquer de son empreinte l’histoire de notre pays. Nourri d’entretiens avec ses deux fils et plusieurs de ses petits-enfants, et d’un partage exceptionnel des albums photographiques de sa famille, ce documentaire retrace l’incroyable destin d’une survivante dont la vie est comme un miroir, dans lequel il suffirait de lire pour comprendre ce que fût l’histoire de France et des français au 20ème siècle.

Pour mieux comprendre la montée du nazisme à travers l’histoire d’une famille française juive.

L’Hôtel de la Païva ou la folie du luxe.

paicc88va-ch-salon.jpgLes mots font remplacer les photos, interdites dans ce magnifique lieu privé détenu par le Travellers Club depuis 1921. Situé au 25 avenue des Champs Elysées, cet hôtel particulier fut construit par son 3 ème mari le comte Guido Henckel von Donnersmarck. Sa vie vaut bien un roman ! Esther Pauline Blanche Lachmann naît à Moscou le 7 mai 1819,  de parents juifs polonais. Elle se marie à 17 ans avec Antoine Hyacinthe Villoing, un pauvre tailleur français et lui donne un fils Antoine en 1817. Elle s’est mariée pour avoir une vie meilleure. L’année suivante elle s’enfuit avec un inconnu, après un long voyage en Europe, elle se retrouve à Paris. Elle se prostitue pour survivre. Vers 1840, elle rencontre un riche pianiste  Henri Hertz qui tombe fou amoureux d’elle. Elle fréquente Franz Liszt, Richard Wagner, Théophile Gautier. Elle lui donnera un fils, illégitime. Elle part s’installer à Londres. Elle entretient des liaisons avec Lord Edouard Stantley, puis le Duc de Gramont à Paris. En 1851, elle épouse un noble portugais, Albino Fancisco, marquis de Païva Araùjo. Elle habite dans un hôtel particulier 28 Place Saint Georges. Le lendemain du mariage; ils se séparent ayant obtenu chacun ce qu’il voulait. elle pour porter le titre de Marquise de Païva; lui, une rente. En 1852, elle devient la maîtresse du Comte von Donnersmarck, puis l’épousera en 1871, après le suicide de son deuxième époux. Entre 1856 et 1865, il lui fait construire cette somptueuse demeure où les artistes les plus en vogue : l’architecte Pierre Manguin, le sculpteur Jules Dalou, le peintre Paul Baudry. Il lui offrira,aussi, le domaine de Pontchartrain.  La suite est moins drôle, soupçonnée d’espionnage, ils doivent quitter la France en 1877. Ils s’exilent en Silésie. Elle y décède en en janvier 1844. A visiter, si vous le pouvez, pour pouvoir admirer l’opulence et le luxe de sa salle de bain de style mauresque, le magnifique escalier en onyx, les cheminées, salles à manger, petits salons….