Dreyfus, l’affaire.

Il ne fait pas trop chaud dans le petit théâtre de la Contrescarpe ! Ne ratez pas l’excellente Pierrette DUPOYET qui interprète magistralement Alfred Dreyfus. Il ne reste que les dimanches 20 et 27 juin à 14h30. Après, il faudra la suivre à Avignon.

Pelléas et Melisande.

Un drôle de décor jaune brillant symbolisant la lumière sert de cadre. C’est une piscine on l’on discerne à peine les protagonistes. La musique envoûte. Dommage que les costumes et les maquillages soient si laids. C’est au théâtre de l’Athénée jusqu’au 20 juin.

Peintres Femmes, 1780 – 1830.

Les changements sociaux soutenus par la Révolution aidèrent les femmes artistes à trouver leur place en tant que telles. Elisabeth Louise Vigier Le Brun, Marguerite Gérard, Constance Maier sont relativement connues, mais la grande majorité de ces peintres Eulalie Morin, Isabelle pinson, Nisa de Villers, Aimée Brun, je ne peux les citer toutes, demeurent inconnus. Allez découvrir leurs œuvres au musée du Luxembourg jusqu’au 4 juillet.

Le Paris de Dufy.

C’est au charmant musée de Montmartre que sont exposés jusqu’en septembre les œuvres colorées de Raoul Dufy. Des tableaux, du mobilier représentent les monuments parisiens. N’oubliez pas de prendre du temps pour visiter le ravissant jardin fleuri qui donne sur les vignes de Montmartre et où boire un verre.

Les sept péchés capitaux.

Formidable mise en scène de Jacques Osinski pour ce spectacle chanté; Musique de Bertold Brecht, paroles de Kurt Weill, deux Anna, l’une chante, l’autre danse. Allez les voir au charmant théâtre Athénée Louis Jouvet jusqu’au 5 juin. Un vrai bonheur de retourner au théâtre !

Nous vous aimons, Madame.

Ce sont les mots murmurés par Jean d’Ormesson dans son discours d’intronisation de Simone Veil à l’Académie Française. Cette exposition retrace toutes les étapes de la vie de Simone. Énorme et remarquable travail des commissaires Constance de Gaulmyn et Olivier Rozenberg, à voir à l’Hôtel de Ville jusqu’au 21 août.