Mons.

Très intéressante exposition des oeuvres de Niki de Saint Phalle remarquablement bien présentées dans un musée contemporain qui lui sied bien. « Ici tout est possible » le titre de cette exposition est tiré d’une déclaration de l’artiste à propos de son futur parc de grandes sculptures. J’ai découvert ses premiers tableaux ainsi que beaucoup de dessins. Mons est une petite ville ex industrielle moche mais cela vaut le coup d’y aller pour voir ce musée moderne ainsi que la Collégiale Sainte-Waudru. Un guide bénévole vous accompagne pour vous faire découvrir les éléments baroques restant, un pendule de Foucault mais surtout le carrosse d’or sortant une fois par an pour une procession.

KANAL – Centre Pompidou.

Quelle géniale idée, quelle cohérence d’installer dans ce gigantesque garage Citroen, l’annexe du Centre Pompidou. Il est très bien situé près d’un fleuve. Dépêchez-vous de le visiter avant sa fermeture dans un an. Tout est admirablement conservé sa structure, les indications de vente, les rails, la machinerie, l’art contemporain y trouve sa place.

Beyond Klimt.

A découvrir les peintres d’Europe Centrale contemporains de Gustav Klimt : Egon Schiele, Oskar Kokoschka, Koloman Moser (autoportrait saisissant) , Alfons Mucha et tant d’autres qui peignent avec réalisme cette période de grands bouleversements que fût la Première Guerre mondiale. A voir au  BOZAR, à Bruxelles, jusqu’au 20 janvier.

L’archéologie en bulles.

bulles-archecc81.jpgPas facile de faire le lien entre les objets très divers grecs, égyptiens et les bd d’hier et d’aujourd’hui. Cette exposition y réussit de manière intelligente et divertissante. L’archéologie – en bulles –plaira aux ado et leurs parents. C’est au Louvre jusqu’au 1er juillet 2019; tous les jours (sauf le mardi) de 9 H à17 h30; jusqu’à 21H 30 les mercredis et vendredis.

Jakuchù

jakuchu.jpgJ’ai été éblouie devant la beauté de ces trente rouleaux du Royaume coloré des êtres vivants d’Itò Jacuchù. Je ne sais lequel j’ai préféré : les oiseaux, les coquillages, les grenouilles, les arbres, les fleurs. Il n’y a qu’un petit mois pour les voir au Petit Palais.
C’est jusqu’au 14 octobre. Il faut mieux réserver, déjà avant 10 heures, il y a la queue.
C’est vraiment ce qu’il faut aller admirer.

Tendresse à quai.

tendresse-acc80-quai.jpgDe vous à moi,  j’ai aimé le début, le pitch, la fin, l’astucieuse mise en scène,  le couple réussi et crédible de Marie Frémont et  Henri Courseaux, la séquence 4 de « Tendresse à quai » C’est au Studio des Batignolles, les mercredis, jeudis, vendredis et samedis à 21 heures, les dimanches à 14 H30 jusqu’au 18 novembre. Je n’ai pas envie de vous raconter cette histoire si bien écrite et interprété avec conviction par Henri Courseaux, je préfère que vous la découvriez dès que possible.

A ne pas manquer la présentation de la nouvelle saison par la remarquable Sylvia Roux SAMEDI 29 SEPTEMBRE à 15 heures au 78 BIS boulevard des Batignolles – 75017 Paris; vous serez aussi séduits par son intelligent choix des textes, acteurs que par son enthousiasme à les défendre.