Gaudí.

N’ayant pas été à Barcelone, je ne connais pas les villas et la cathédrale construites par Antoni Gaudí. Je comptais sur cette exposition qui lui est consacrée pour m’apporter les clés de son œuvre. J’ai été déçue car je l’ai trouvé disparate et éparpillée. Décevant. Il manquait un fil conducteur. C’est à découvrir au Musée d’Orsay jusqu’au 17 juillet.

Aristide Maillot (1861-1944), la quête de l’harmonie.

C’est au Musée d’Orsay que l’on découvre qu’Aristide Maillol commence la tapisserie, les bois sculptés, la céramique et la peinture. C’est vers 1895 qu’il se consacre à la sculpture, au nu féminin. Depuis toujours j’ai apprécié ces sculptures exposées en plein air au jardin des Tuileries (avant la construction du souterrain). À apprécier jusqu’au 2 juillet.

Charles Camoin, un fauve en liberté.

Contemporain et ami d’Albert Marquet, Henri Matisse et Henri Mangin, Charles Camoin est le plus expressionniste des fauves. Admirez et découvrez sa peinture colorée et sensuelle au Musée de Montmartre, à travers la centaine de toiles qui y sont présentée jusqu’au 11 septembre. Profitez des ravissants jardins si agréables au printemps.