Paul Verlaine

Après choses bues, choses lues. Je passe des nourritures terrestres (je n’évoque pas les mânes d’André Gide!)  à Paul  Verlaine. En nettoyant mon étagère du haut de la bibliothèque, je suis tombée sur mon édition ancienne en 6 volumes de Paul Verlaine. Je feuillette le dernier volume : oeuvres posthumes, écrites à l’Hôpital Broussais. Je tombe sur ce poème  » Cordialités » dédié à son ami écrivain Ernest Delahaye. Voici la 1ère strophe                                                                                                                                             Dans ce Paris où l’on est voisin et si loin                                                                                           L’un de l’autre que c’est une vraie infortune                                                                               De s’y voir, de s’y savoir tels, vu ce besoin                                                                                       L’un de l’autre pourtant, qui donc vous importune !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s