Walter Sickert, peindre et transgresser.

Quelques 150 œuvres : autoportraits, paysages, scènes de music-hall, corps nus, le peintre change de style au rythme des ses rencontres avec Whistler, Degas. Dérangeant, provoquant ses tableaux laissent une impression troublante. A découvrir jusqu’au 29 janvier, au Petit Palais.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s