Ceija Stojka

Dès 1939, Ceija Stojka est pourchassée avec toute sa famille tzigane autrichienne, son père est pris le premier. Elle est arrêtée à 10 ans avec sa mère et ses soeurs et déportée dans trois camps de concentration. Elle ne commence à écrire, dessiner et peindre qu’à 55 ans. Autodidacte, elle peint sans règle. Ses tableaux sont bouleversants et d’une force incroyable. Il suffit de regarder ses tableaux pour voir ce qu’elle a ressenti et vécu. C’est son histoire sans parole. Il ne faut surtout pas rater cette exposition incroyable. Ce n’est que jusqu’au 20 mai de du mercredi au dimanche de 11 à 19 heures, à La Maison Rouge.

En sortant, j’ai quand même pris le temps de voir l’impressionnante collection de poupées noires. Deborah Neff a rassemblé plus de 200 poupées en vingt ans. Vous pouvez vous restaurer agréablement dans le café entre la visite des deux expositions. Ne pas oublier de passer voir à côté la belle librairie. Vous n’avez pas d’excuse pour aller à la Maison Rouge qui malheureusement fermera ses portes prochainement, faute de subventions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s