ZAO WOU-KI – l’espace est silence.

Avec ses peintures et ses encres de grand format, Zao Wou-ki rend hommage au poète Henri Michaux, au peintre Claude Monet, au compositeur Edgar Varèse. Je suis sensible à sa poésie du vide et du plein, ses blancs et ses noirs, ses harmonies de couleur. Sa peinture reflète ses deux cultures. C’est au Musée d’Art Moderne jusqu’en janvier 2019.
Jusqu’à l’automne, l’entrée se fait par le quai de New York.  A ne pas rater.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s