La flûte enchantée.

Désenchantée pour les malheureux spectateurs de La Monnaie à Bruxelles ! La mise en scène exécrable de Romeo Castellucci transforme la musique en fond sonore. Exit les récitatifs de l’auteur Schikandeder, qui rend l’opéra incompréhensible pour ceux qui le verraient la première fois. Une première partie rococo toute blanche. Ce metteur

en scène doit avoir un problème, entre autre, avec les nombres impairs au lieu d’un chanteur (deux) un chante l’autre mime ! 4 dames, 4 enfants au lieu de 3… La seconde partie est pire. Pourquoi faire venir des aveugles et des grands blessés pour expliquer leurs souffrances en anglais, et lieu et place de la musique. Tous sont fagotés d’une combinaison écrue hideuse; on ne sait pas qui est qui, à tel point qu’il y a des initiales au dos pour indiquer qui chante. C’est indécent et vulgaire. On se croirait dans une émission de télé réalité. A éviter, si vous le pouvez encore.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s