Nocturnes au Musée Rodin.

Ce n’est que jusqu’au 28 août que vous pouvez profiter de l’exposition Rodin/Picasso et se promener dans les jardins les jeudis, vendredis et samedis jusqu’à 21h30. La cafétéria Augustine vous accueille pour un verre ou une agréable collation.

Picasso Rodin
En Hommage à Victor Hugo – à découvrir « Choses Vues »

Lectures estivales

Côté déjeuner de soleil La somme de nos vies de Sophie Astrabie – J’ai lu. Comment faire pour ne pas rester solidaire et rencontrer des gens; point de départ de ce roman pour ces délicieuses personnalités que sont Camille, Marguerite, Adélaïde. Vous regardez par les fenêtres et/ou prétendrez vendre ou acheter un appartement. À découvrir, en lisant avec plaisir et intérêt, chapitre après chapitre, l’histoire de chacun de ces personnages.

Les oubliés du dimanche de Valérie Perrin – en poche. Deux histoires se déroulent en parallèle au sein de la maison de retraite Aux Hortensias. La jeune aide-soignante Justine découvre et écrit dans un cahier l’histoire de la presque centenaire Hélène. L’auteur mêle habilement leurs deux histoires. Passionnant.

Côté romans L’Odeur de la Forêt d’Hélène Gestern chez Arléa. Deux histoires se chevauchent dans ce gros roman passionnant. Celle de soldats disparus de la première puis de la seconde guerre mondiale, décryptée par l’historienne de la photographie dont on suit aussi l’histoire. J’apprécie vraiment l’écriture ciselée de cette écrivaine qui se renouvelle à chaque roman. A découvrir.

Belle Greene d’Alexandra Lapierre chez Flammarion. Depuis ma découverte en 1993 de « Fanny » je suis assidûment les diverses héroïnes choisies par l’auteure. J’ai été enthousiasmée par Le destin exceptionnel de Belle Greene. Un magnifique roman qui se lit trop vite.

L’homme de Césarée de Francoise Chandernagor chez Albin Michel. Toujours facile et agréable à lire, ce roman est dédié à la fille de Cléopâtre et d’Antoine : Séléné. N’hésitez pas à voyager avec elle.

Côté polars Askja d’Ian Manook – en poche. Paysages Islandais, faux cadavres, vrais comédiens, un meurtre réel, sniper performant, l’inspecteur Kornélius Jakobsson saura tiré son épingle du jeu politique et judiciaire. Déroutant.

Après les chiens de Michèle Pedinielli chez Mikrós noir. J’ai découvert avec plaisir cette auteure mi corse, mi italienne qui mêle le passé au présent. La découverte du cadavre d’un jeune immigré mènera Boccanera la détective privée, aux juifs traqués par l’occupant nazi. Formidable.

Chien de faïence d’Andrea Camilleri – pocket. Nouvelle enquête du commissaire Montalbano. Je n’ai pas aimé l’écriture de l’auteur sicilien qui mélange son patois au texte qui ne facilite pas la lecture. Décevant.

Tempête sur Cape Cod de Carol Higgins Clark chez Albin Michel. La détective Regan Reuilly et son mari Jack pensait passer un week-end tranquille à Cape Cod. C’était sans compter la disparition d’une retraitée durant une violente tempête et la présence persistante de voisines envahissantes. Plaisant.

Torrents de Christian Carayon chez fleuve noir. Les torrents gonflés par de fortes pluies entraînent avec force détritus et cadavres coupés en morceaux. Dans ce village la rumeur enfle et désigne le médecin chirurgien à la retraite. Son meilleur ami policier mène l’enquête. Un bon polar classique.

L’homme qui aimait les zoos de Malcolm Bosse. Série noire Gallimard. La raison d’Etat oblige d’anciens du FBI des innocents de tuer dans un car, dans un avion…. Son seul neveu éliminé, sa tante, une vieille bibliothécaire mène l’enquête avec succès. Un autre classique.

Roseanna de Sjöwall et Wahlöö chez 10/18 Les débuts de l’inspecteur Martin Beck sont laborieux. Comment retrouver un assassin d’une jeune femme dont on ne connaît pas l’identité ? Secondé par tous ses confrères, le lecteur suit l’enquête pas à pas. Prenant.

87 Eme district d’Ed Mc Bain – Omnibus tome 1 – Presse de la Cité. Du balai – Le sonneur – Le fourgue – Faites- moi confiance – Victime au choix – Crédit illimité – Souffler n’est pas tuer – Ces romans reflètent la vie d’un commissariat dans une ville inspirée de New York, de 1960 à 2000. Maintes fois adaptés à la télévision, on suit pas à pas le déroulement de l’enquête des différents inspecteurs. Passionnant.

Les princes de Sambalpur d’Abir Mukherjee chez Liana Levi. Le capitaine Wyndham et le sergent Banerjee de la police de Calcutta essaient d’empêcher, en vain, les assassinats des princes de cette province. Dépaysant.

Côté fiction Titus d’Enfer de Mervyn Peake chez Phoebus Libretto Déconcertant, différent, dérangeant, cet étrange roman mystérieux ne ressemble à aucun autre. Moins connu que le Seigneur des Anneaux de Tolkien et qu’Harry Potter de Rowling, cette trilogie de Gormenghast est à découvrir.

Ravage de René Barjavel – folio Écrit en 1943, ce roman se situe dans les années 2050. Tout fonctionne à l’électricité jusqu’au jour où tout s’arrête sous forme d’un gigantesque incendie. Prémonitoire. A lire ou relire d’urgence.

Estivales de musique en Médoc

« Le choix de l’excellence, le pari de la jeunesse. » Pari réussi et tenu par le président Jacques Hubert et son équipe malgré les difficultés ambiantes. Un quatuor succède avec brio de jeunes pianistes tels Alexandre Kantorow et Pavel Kolesnikov. N’hésitez pas à réserver d’autres concerts jusqu’au 15 juillet. estivales-musiques-medoc.com