Eux sur la photo et l’eau qui dort d’Hélène Gestern chez Arlea

L’échange de lettres d’Hélène et Stéphane, à la recherche des mystères entourant leurs parents respectifs, se lit d’une traite. Le même charme se dégage de cette correspondance « Eux sur la photo » que dans le court roman d’Hélène Hanff : 84, Charing Cross Road sorti en 1970 et celui plus récent, en 2007 : « Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates » de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows. Lequel je préfère, je ne sais ! Un bon conseil : lisez les trois.

J’ai apprécié son écriture délicate, ciselée et poétique pour décrire la nature. Intrigue policière, disparition, amour tenace, laissez-vous porter au fil des pages par la magie des mots de « L’eau qui dort ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s