Orfeo ed Euridice.

A ne pas manquer cet opéra de C.W Gluck, c’est au théâtre des Champs Elysées, si vous pouvez avoir une place les 22, 25, 28, 31 mai ou 2 juin. Sous la baguette de Diego Fasolis, Philippe Jaroussky, Patricia Petitbon et Emöke Barath sont émouvants et excellents. Une sobre mise en scène et des éclairages de Robert Carsen sont admirables de beauté. Un sol comme une plage de sable gris anthracite, tous les chanteurs sont en noir, des lumières passant du blanc à l’orangé, quelques bougies, c’est magique, magnifique, splendide. J’avoue mon faible pour les 3 Robert : Carsen, Lepage et Wilson. C’est grâce eux que j’ai le plus d’émotion et d’admiration pour leur mise en scène au théâtre comme  l’opéra.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s